À venir

NTE_Saison2018-19_Bébés (1)

Nouvelle création

Du 24 avril au 19 mai 2019

À Espace Libre 1945, rue Fullum, Montréal, Qc (métro Frontenac)

Achat de billets en ligne

Du mercredi au dimanche à midi

Samedi 4 mai: Discussion avec l'équipe artistique à l'issue de la représentation.

À Espace Libre 1945, rue Fullum, Montréal, Qc (métro Frontenac)

Joindre la billetterie d'Espace Libre par téléphone 514 521-4191

Tarif PréVoir*: 25$ le billet

*Achat avant le jour de la première (Quantité limitée).

Bébés

Une idée originale de Daniel Brière et Alexis Martin

Texte Emmanuelle Jimenez et Alexis Martin

Mise en scène Daniel Brière

Distribution 4 mamans et leur enfant : Amélie Chérubin-Soulières,
Tienhan Kini, Ève Landry, Nadine Louis
Ainsi qu'un papa et son enfant à confirmer sous peu.

Scénographie Jean Bard
Éclairages Lucie Bazzo
Musique et conception sonore Michel F.Côté
Installation vidéo Pierre Laniel
Régie Alexandra Sutto

Direction technique Dominic Dubé


Bébés s’inscrit dans la continuité de Animaux (2016), pièce marquante du NTE et premier chapitre d’une étude en trois volets sur la notion de présence au théâtre. Ici, des bébés sont convoqués, accompagnés de leur mère ou de leur père, de même que des comédiens. Comment se fait-il que l’on reconnaisse aux enfants, comme aux animaux, une présence plus forte et plus dense en scène qu’aux adultes ? Pour tenter de répondre à cette interrogation : des sketchs, des témoignages, ponctués d’un commentaire poétique et philosophique sur l’insondable mystère de la naissance ; mais aussi, quelques joyeux moments de désordre où nos hôtes du moment nous rappelleront que l’aléatoire et l’intempestif renversent encore tous les agendas du monde.

Si la qualité particulière des bébés, cette magie, cette lumière, ce charme qui émanent d’eux nous touchent tellement, tout autant que leurs cris et leur besoin constant de soins peuvent nous peser, n’est-ce pas parce que le personnage bébé nous parle au fond de notre propre origine et de toutes nos potentialités? Que l’on soit parent ou non, le bébé, par sa simple présence, nous appelle dans l’histoire, dans la suite du monde qu’il orchestre et à laquelle il préside malgré lui.