Carnet de bord

Cette section du site est dédiée à l'expérimentation. Nous partagerons avec vous les différents éléments de recherche qui inspirent nos spectacles. Cette page, en constante évolution, sera nourrie régulièrement. Revenez-y souvent!


Texte d’Alexis sur la fiction versus l’histoire

Le 16 Septembre 2014 - NTE

Lacunes, fiction, histoire

La nature lacunaire de l’histoire est la chance de la fiction : c’est dans les blancs de l’histoire, ses trous, que le roman du théâtre peut naître.  Je sais tout ce qu’il y a de grave à vouloir jouer avec cette portée explosive de l’histoire : on ne s’amuse pas impunément avec la « vérité historique » ! Encore faudrait-il la cerner, cette vérité historique! Je peux certes dire avec les historiens que telle bataille a bien eu lieu à Verdun, et que tel homme est bien né en 1964. Cependant, je doute qu’aucun d’eux ne puisse prétendre m’expliquer de façon exhaustive et définitive le pourquoi et le comment de ces événements. L’historien, comme l’écrivain de fiction, est condamné à l’intrigue : bâtir un récit parcellaire autour d’un fait, d’un geste, d’un nom; insérer ce récit dans une série de récits plus longue, qui le dépasse et l’inclut; désigner les suites qu’il promet. C’est ce qui arrive, du moins, quand l’auteur de théâtre choisit un fait ou un personnage historique; il brode lui aussi autour d’un fait avéré. Mais une différence apparaît rapidement : l’auteur de fiction brode avec un sans-gêne épouvantable, sans vergogne, tirant son récit vers la cause de l’art dramatique, parce que pour lui, c’est ce qui est dramatique qui est intéressant. Là où l’historien compose avec prudence, s’appuyant sur des sources, protestant sans cesse de sa neutralité, s’armant d’une variété de points de vue, se réclamant même d’une part de l’esprit scientifique, toutes excuses courantes dans ce domaine, l’auteur de théâtre, lui, avoue d’emblée sa faiblesse, sa maladie : la vérité qu’il cherche n’est pas la vérité historique, mais la vérité de sa propre interrogation (son drame! ).

Alexis Martin
Extrait de la postface de « Transit section 20 suivi de Hitler », Martin Alexis et Ronfard Jean-Pierre, Éditions Boréal, Montréal, 2002.