Carnet de bord

Cette section du site est dédiée à l'expérimentation. Nous partagerons avec vous les différents éléments de recherche qui inspirent nos spectacles. Cette page, en constante évolution, sera nourrie régulièrement. Revenez-y souvent!


Bibliographie géographique et commentée de la pièce “Invention du chauffage central en Nouvelle-France”

Le 16 Janvier 2012 - NTE

 


Alexis Martin, auteur d’Invention du chauffage central en Nouvelle-France, nous livre une bibliographie géographique et commentée. Une multitude d’ouvrages, tous plus fascinants les uns que les autres, et dénichés dans une foule d’endroits ; de Québec à Sherbrooke, en passant par Ogunquit !

À Montréal

Bibliothèque de mon père

« Les Relations des Jésuites » : un trésor inestimable de ces missionnaires qui jouent aux anthropologues avant même que cette discipline existe, avec tous les a priori de la posture évangélique, évidemment, mais aussi avec un sens du détail extraordinaire, ce qui nous donne des documents exceptionnels pour comprendre le choc des civilisations, de première main !

Un ouvrage phare du grand mouvement de la décolonisation : le « Portrait du colonisé » d’Albert Memmi. À lire absolument, pour reconnaître certains traits qui ne sont pas loin de ceux que nous renvoie notre miroir collectif… quand il se décide à réfléchir.

« L’homme rapaillé » de Gaston Miron, aux presses de l’UdM. Un livre qui fonde une sorte de modernité poétique québécoise, mais qui aussi, expose à vif le nerf identitaire trop longtemps confiné sous les manchettes en taffetas noirs des prêtres. Un livre incontournable bien sûr, non seulement pour la communauté poétique internationale, mais pour n’importe quel Canadien français qui se cherche, veut se connaître, comprendre ceux qui l’ont précédé, mais encore, ce qu’il est advenu de lui-même.

« Louis-Joseph Papineau : un demi-siècle de combats : interventions publiques »

Choix de texte et présentation Yvan Lamonde et Claude Larin, éditions FIDES, Montréal, 1998. Toujours dans les rayonnages familiaux.

Un livre riche, qui nous colle directement à la pensée en acte de Papineau, à ses oraisons, sans ambages, sans préambule, on est dans l’oralité et la pensée de Papineau, un tribun et un penseur important, précurseur certainement de ce qu’on a appelé la Révolution tranquille, qui est une révolution … préparée de longue date ! La roue tourne lentement au Québec ! L’essieu est gelé…

« Henri Bourassa, la vie publique d’un grand canadien », de Robert Rumilly. éditions Chantecler, Montréal.

Le livre biographique de Robert Rumilly sur Henri Bourassa, héritier célèbre de Papineau, et pas seulement le nom d’un boulevard laid au nord de Montréal… Rumilly, un drôle de zigue qui a cartographié de façon ultra méthodique l’histoire du Canada français, sans cacher ses lourds penchants catholique, duplessiste et royaliste ! Un monsieur qui devait sûrement écrire cinquante pages par jour en moyenne. Un scribe infatigable, chroniqueur d’un peuple qui lui était étranger de prime abord, mais qui permet, à travers sa prose abondante, de retrouver le fil de l’histoire de façon précise, même si elle est fortement teintée d’a priori catholicards. Un livre tout défait, que j’ai fait relier de nouveau, qui appartenait à mon père ; livre qu’il a consulté souvent je crois, tout en prenant des précautions prophylactiques intellectuelles.

D’autres ouvrages dénichés dans les rayonnages familiaux…

Pierre Desffontaines, « L’homme et l’hiver au Canada » ; Guy Laflèche,  « Le Missionnaire, l’Apostat et le Sorcier »PUM, 1973 ; « L’hiver en Nouvelle-France », Cahiers du Québec, HMH ; Marcel Trudel, « Histoire de la Nouvelle France », Fides, 1963.

Livres trouvés à la librairie Le Chercheur de Trésor sur la rue Ontario à Montréal : les « Cahiers des Dix » à 5 piasses le numéro… Un livre sur Nelligan et un autre sur Louis Riel. Curieusement, les deux ont été traités pour des troubles mentaux dans le Québec du XIXe siècle mais ils n’étaient pas fous !

Bibliothèque et archives nationales du Québec : un lieu d’une grande beauté, au cœur de la ville, une sorte de poumon encagé dans les tièdes chambres de bois de l’édifice de la rue Berri. La Grande bibliothèque est un oasis rêvé : j’y ai trouvé un nombre incalculable de documents : «Louis Riel » par Maggie Siggins, une biographie exhaustive de ce personnage plus grand que nature, véritable prophète d’une nation métisse qui braque le gouvernement canadien naissant. S’ensuit un véritable génocide guerrier et culturel : la dépossession d’un peuple pour laisser place aux spéculateurs et aux blancs de l’Est ; le gouvernement canadien donne la mesure de sa politique concernant les autochtones. Si vous ne trouvez pas ça d’actualité, n’oubliez pas qu’il y a seulement quelques années que ce même gouvernement a présenté ses excuses aux Inuits pour avoir embrigadé de force les enfants dans les écoles résidentielles religieuses… Vous vous demandez peut-être en quoi le peuple métis de la Rivière Rouge est lié au projet Invention du chauffage central en Nouvelle-France ? C’est la métaphore de l’hiver qui descend sur un peuple, une culture pour l’anesthésier : c’est le processus lent et sournois de l’assimilation, qui gèle en sous-main les forces vives d’une nation, et jette les peuples dans l’abjecte demi-mesure, la moitié d’appartenance, la haine de soi et la culpabilité obscure des vaincus.

Aussi trouvé à la BanQ : « Pierre Esprit Radisson », de Martin Fournier, au Septentrion. Radisson qui n’est pas seulement une chaîne hôtelière, mais d’abord un explorateur intrépide, transfuge qui passa d’un roi à l’autre et qui est à l’origine avec son mentor Desgroseillers de la fondation de la Compagnie de la baie d’Hudson, certainement le plus grand empire commercial qui « régna » sur le Canada pendant des siècles.

À Québec 

« Le chauffage domestique au Canada » de Marcel Moussette, aux presses de l’U. Laval – trouvé à la librairie du Musée de la civilisation en 2009. Un livre fascinant sur les modes de chauffage en Amérique du Nord. Pleins de détails, et d’une précision folle. On comprend, à parcourir cet ouvrage, à quel point la vie dépendait de choses apparemment triviales : un bois sec, une bonne évacuation des fumées, une isolation suffisante… nous sommes peu de choses !

« Chronologie du Québec », de Jean Provencher, Ed. Boréal : un survol intelligent des événements marquants de la colonie française et de la société franco-canadienne, en regard  avec les événements mondiaux. Trouvé à la libraire de la Pyramide à Ste-Foy.

À la librairie de Mme Vaugeois à Sillery, rue Maguire: « Les premiers juifs d’Amérique – Americana – L’indien généreux », aux éditions du Septentrion.

Voilà certes la collection de livres sur l’histoire du Québec et de l’Amérique française la plus documentée et la plus passionnante qui soit ! C’est une véritable deuxième mémoire que cette maison d’édition redonne aux Québécois. C’est du travail solide, sérieux, bien fait, bien écrit. À surveiller : chaque parution !

À Sherbrooke, chez un brocanteur : « Martyrs du Canada », éditions Pierre Téqui, Paris, 1932. Le monsieur brocanteur était un retraité qui se passionnait pour les livres. Son garage en était tellement ventru, qu’il a ouvert une librairie au lieu de faire une vente de garage. Dans ce livre, on trouve entre autre l’invraisemblable destin du père Brébeuf, qui mourût littéralement mangé par ses bourreaux iroquois. Hmmmmm, un bon jarret de missionnaire…

« Champlain’s Dream », acheté en Nouvelle-Angleterre, à Ogunquit, Xyz Bookstore en 2009.

La biographie la plus achevée paraît-il du Sieur de Champlain. Un témoignage extraordinaire sur un homme plus grand que nature, à la mesure peut-être de cette nature démesurée de la vallée du Saint Laurent et des pays de l’Ouest. Un homme déterminé à établir des contacts durables et sains avec les Amérindiens, mais qui n’était pas dénué cependant de prosélytisme religieux, avec toutes les distorsions que cela peut amener. Il parcourt, arpente et mesure le continent avec une précision inouïe pour l’époque, étant donné la précarité des instruments qu’il a avec lui dans ses pérégrinations. Champlain aussi avait un rêve…

Et d’autres encore… :

« Eva Circé Côté » – Lux Éditeur – Une magnifique monographie sur la personne de LJ

Le livre de témoignages des Inuits qui ont vécu les affres des écoles religieuses, pour lesquels le Gouvernement canadien a présenté des excuses officielles, un document extraordinaire trouvé à AVATAQ, l’institut culturel inuit : « We were so far away, the inuit experience of residential
schools »
, Legacy of Hope Fundation, Ottawa, 2010.

« Le dictionnaire des expressions québécoises » de Pierre DesRuisseaux dans Bibliothèque Québécoise, 2003 – Un dico intéressant et complet où l’on apprend entre autre, que la Tête à Papineau devint  l’expression choisie pour désigner un homme très intelligent, ou qui prétend l’être… Un livre que j’ai acheté à sa sortie (2003) à la librairie Garneau de Québec, rue Saint Jean, et disponible dans les vraies librairies.

Les volumes de l’histoire du Canada de François-Xavier Garneau trouvés pour pas cher dans une librairie d’occase de la rue St-Denis à Montréal. Anciennement la Ville de Saint Louis… Une histoire ancienne comme il se doit, mais tout de même passionnante, collée sur le cœur vivant du Canada français.

« Encyclopédie du Canada français : les Canadiens français de 1760 à nos jours », par Mason Wade, Macmillan, 1955. Ça se trouve à bon marché dans toutes les bonnes librairies de livres oubliés et c’est la vision étonnante d’un Américain du New Hampshire sur nous autres ; et c’est vraiment intéressant.

Il ouvre son livre sur le fameux « Je me souviens », et nous décrète le peuple le plus historicisant d’Amérique… quelque chose s’est perdu en chemin ? Pour lui le « Je me souviens » se relate essentiellement au régime de la Nouvelle-France. Vraiment passionnant (en trois tomes, la somme !)

Acheté aux Jardins du Précambrien à Val-David chez le sculpteur René Derouin : « L’Art comme engagement », chez Fides, Montréal, 2009.

« L’Algonquin Tessouat et la fondation de Montréal », de Rémi Savard : un livre prêté par Gérald Mackenzie de Recherches amérindiennes, alors qu’on atterrissait d’un voyage dans le grand nord. Il me l’avait promis dans un avion qui survolait alors La Grande, Baie James.

« Denis Vanier, Œuvres poétiques complètes tome 1 », VLB éditeur/Parti pris 1980 : une tonne de briques, une œuvre inclassable, dérangeante, sournoise, qui déclare que sont « Absolues vos pâtes herbeuses/ noyées aux poussières du limon », ça me ramène aux vieilles filles Plourde, qui habitaient une minuscule antre sur la côte du cap à Saint-André, que ma mère m’obligeait à fréquenter tous les étés : ces vieilles sorcières catholiques et leur réserves d’herbes salées, j’avais peur, j’ai encore peur. Le Canada français est grevé de mystères et de mystagogues, je vous le dis : mon enfance laïque est bardée de crucifix et de murmures inopportuns…